Accueil Culture On va voir quelles ont été les musiques qui ont beaucoup tournées, cet été

On va voir quelles ont été les musiques qui ont beaucoup tournées, cet été

par Sam

Cet été 2019 n’a pas été réellement une surprise au niveau de la playlist estivale. En effet, les musiques qui ont marché sont plus ou moins dans le même registre que celles des deux années précédentes, au moins. Parfois, on observe même une continuité par rapport à ce qui a marché en 2018. D’autres fois, on retrouvera quelques surprises dans le lot, mais très vite, on s’apercevra que ces mêmes musiques nous auront bien soûlé, au final.

Dans cet article, on va donc s’intéresser aux musiques qui ont marqué l’été 2019. Mais surtout dans les bars musicaux, les clubs, les hypermarchés. En gros, toutes les musiques que l’on entend quand on ne confectionne pas soi-même sa playlist. Et quand on regarde le numéro un sur Deezer au fil des semaines, on peut constater que ces musiques, à force de les entendre, influencent les goûts de la plupart des personnes soumises aux endroits cités plus haut.

Qu’est-ce qui a marché cet été ? Au sein de cet article, on va aussi s’intéresser aux musiques qui ont été faites pour marcher en été, mais qui ont sacrément bidé. En tout cas, à ce niveau-là, on va dire. Parfois, elles ont marché mais pas au point qu’on puisse les considérer comme marquante. Sur ce, c’est parti :

Les musiques reggeaton de cet été

Comme c’est le cas chaque année, les musiques latino ou reggeaton ont beaucoup fonctionné. Personnellement, je fusionne souvent les deux styles côte à côte, sachant que le reggeaton, c’est du latino plus rythmé, en gros. En tout cas, alors qu’avant on entendait ce style de musique que dans les lieux propices à leur diffusion, depuis Despactio en 2017, ce style de musique pullulent dans les divers lieux publics.

Celle qu’on a très souvent entendu, c’est « Con Calma » de Daddy Yankee. Parfois c’était l’original, sinon c’était le remix horrible avec Katy Perry. Je ne savais même pas que c’était elle, en plus. Tout ça pour que ça passe aussi en Amérique, encore une fois, alors qu’eux aussi sont envahis de latino music. Sinon, cette musique passe même si on reconnait l’inspiration provenant de « Informer » de Snow. D’ailleurs, ce dernier est présent sur Con Calma. On passe ainsi du rap Old School au reggeaton par magie.

L’autre musique qui a marqué les esprits, c’est « Calma ». Oui, le titre est quasiment le même mais l’inspiration est tout autre car c’est inspiré de « Vamos à la Playa ». La musique nous vient de Pedro Capo et se veut plus douce. Cette musique colle bien au côté estival, on pourrait l’entendre parfaitement dans les plages. Celle-là, ça va encore mais étrangement, les gens n’étaient pas très chauds sur cette musique. Disons que ça allait, mais elle ne marquera pas les esprits. Dommage car ça allait encore, en tant que simple écoute.

Enfin, « Loco Contingo » de DJ Snake a alimenté les fins d’été. Et c’est parti pour continuer. On retrouve, là encore, le même chemin qu’a connu « Taki Taki ». Comme quoi, depuis que DJ Snake s’est mis au reggeaton, ça marche bien pour lui. Heureusement qu’il ne se cantonne pas qu’à ça… Pour le moment du moins.

Les musiques de racaille continuent

Booba, Niska, Soolking, Dhurata Dora, Vegedream ou encore Ninho. Tu ne connais pas ce beau monde ? Pourtant, ils alimentent cette mode depuis 3 ans. Ce sont des rappeurs de 2000, en somme. Dans 10 ans, à part Booba parce qu’il arrive à bien se vendre c’est vrai, on aura déjà oublié la plupart de ces rappeurs. D’ailleurs, des rappeurs, on les appellent ainsi parce qu’ils parlent vite et qu’ils se veulent violent dans leurs paroles, à première vue.

Mais bon, prenons Vegedream, qui est devenu connu parce qu’il avait surfé sur la vague de l’équipe de France devenu champion du monde l’année dernière. Avec « Ramenez la coupe à la maison ». Et cet été, c’est avec « Elle est bonne sa mère » qu’il est devenu connu. Bon, disons qu’en voyant le titre du son, on se demande comment on en est arrivés là. Honnêtement, ce type de musique, soit tu es dans le délire, soit tu es à côté de la plaque. Je sais que je suis dans la seconde catégorie, mais sincèrement je m’en branle.

Le pire, c’est ceux qui critiquent ces musiques-là, mais lorsqu’elles passent en boîte de nuit, ils dansent dessus pour le délire. Il faut savoir être cohérent, soit tu aimes et tu assumes, soit tu n’aimes pas et tu restes cohérent jusqu’au bout. Car les personnes qui disent « danser dessus pour le délire », c’est pire encore que ceux qui aiment. Ces derniers, ils assument. Toi, pas du tout. Tu sais que ces musiques ne te plaisent pas au fond, mais pour être accepté par la masse, tu es prêt à faire genre de les aimer. Cela dit, certains finissent par suivre le délire jusqu’au bout.

Pourquoi ces musiques marchent, ce n’est pas le sujet et disons que la réponse peut être source de polémique. Pourquoi ? On se le demande. Reste que ces musiques ont été des tubes de l’été également. Il y a 10 ans, toutes ces musiques passaient principalement sur M6 Music Black dans la case Rap FR, ou encore sur Trace Urban tard dans la nuit. Maintenant, c’est très accessible. Comme quoi, tout change en quelques années. Parce qu’il y a 10 ans, Skyrock, par exemple, ne prenait pas de risque et se cantonnait à du Justin Timberlake, Lil Wayne, Timbaland, et parfois du Soprano ou du Booba, mais c’était pour les quotas.

Les musiques de racaille… Pour les filles 2000

On n’oubliera pas de citer également Aya Nakamura ou Marwa Loud pour les plus connues, ou encore Eva Queen pour la moins connu et qu’on oubliera très vite dans 6 mois. Encore les deux premières, (surtout Aya Nakamura) je peux comprendre car c’est entraînant. Mais c’est clairement des musiques qui fonctionnent sur le public féminin. Tu sais que lorsque « Pookie » passe en boîte de nuit, toutes les filles (et c’est véridique) sortent leur smartphone, se filment en train de chanter le refrain. Et elles connaissent les paroles par-cœur, sans aucune exception.

Elles le font aussi pour Eva Queen, mais pour être honnête et sans vouloir être méchant, je n’entends ses musiques que dans des boîtes de nuit remplies de ce qu’on appelle des « cagoles ». C’est une « chanteuse » qui n’attire que des cagoles 2000, et je l’ai souvent constaté.

Reste que ce type de musique fut propagée par Aya Nakamura de base. Chaque été ou à l’approche de l’été, on entend souvent ses productions. En plus, comme elles marchent beaucoup, une nouvelle musique d’Aya Nakamura ne remplace pas la précédente. Elles s’imbriquent les unes aux autres dans les playlistes des DJs. Une facilité pour eux, je peux le concevoir. Etant DJ depuis quelques temps, j’use de la facilité de faire danser avec « Djadja » et « Pookie ».

Les musiques qui ont buzzé de nul part

Old Time Road

J’en retiens deux pour cet été principalement. La première, c’est « Old Town Road » de Lil Nas X, qui est sympa au demeurant mais elle fut trop diffusé cet été. A tel point que ça soûle à la fin. La musique n’a pas un côté sérieux en plus, on dirait que le mélange trap/country se voulait parodique quand on voit comment les gens receptionnent cette musique. Elle a un côté meme, parce que Lil Nas X a tout appris des réseaux sociaux pour que sa musique cartonne.

Et il a réussi. Cependant, ce qu’il a appris et donc appliqué fait que la musique passe pour un meme. A mon sens, du moins. En plus, dans tous les festivals EDM, chaque DJ jouait sa musique, remixé ou non. Et ça devenait soûlant, une fois de plus. Car tu ne vas pas dans un festival électro pour écouter ce que tu entends tous les jours. Enfin, le fait de sortir un remix léger par semaine (par exemple le remix « Area 51, celui avec un chanteur de BTS, ou le remix de la 17ème semaine où c’était uniquement le clip sans coupure) m’a fini d’achever l’appréciation que j’avais pour ce son.

Lil Nas X savait qu’en proposant des modifications légères considérés comme des remixes, il resterait encore numéro 1 au Billboard Charts. Mais cette manière de trop faire, d’agir comme s’il connaissait les ficelles du jeu et ainsi d’en abuser devenait lourd. Comme si, au final, il voulait contrôler le classement américain (en l’occurrence). Il sait que beaucoup de personnes allaient sauter sur son remix, mais ça devenait lourd. Il a sur-abusé de son succès, et je pense qu’en ayant agi ainsi, sa chute n’en sera que plus lourde. Car il a trop gratté sur « Old Time Road », mais a tel point qu’il a mis le niveau trop haut. Je ne pense pas qu’il aura le même effet avec « Panini », par exemple.

La musique de Meduza

L’autre musique qui a buzzé de manière inattendue, c’est « Piece of your heart » de Meduza. Sur le coup, je ne m’y attendais pas, connaissant la musique depuis sa sortie en février. Mais quand je l’ai écouté, j’avais aimé sans plus. Pour ma part, la musique ne sortait pas tant que ça du lot. Quand je télécharge mes musiques dans le cadre de ma playlist mensuelle personnelle, il y a au moins une centaine de nouvelle musiques. Et « Piece of your heart » en faisait parti en février, du coup. Mais la musique était gentiment sympa, pour ma part. Mais sans plus. Je n’en étais pas fan au point de l’écouter souvent. Mais tant mieux pour lui si ça a marché, parce que je pense que ça sera son dernier single qui aura autant marché. Je l’espère pas pour lui, bien sûr.

Fisher et son « Losing It »

Enfin, la dernière surprise à mon sens et pas des moindres, c’est « Losing It » de Fisher qui est plus à mettre dans le style Techno. C’est assez étonnant que la musique a autant cartonné, mais tant mieux pour Fisher parce que ça lui a bien boosté sa carrière. Je ne suis pas trop fan de cette musique, mais je préfère largement entendre « Loosing It » que celles du dessus, ça c’est clair. Et moins, ça fait un peu plus d’électro a écouter quand on va dans les boîtes de nuit dit « généraliste ». Qui passent 10% d’électro, et encore.

Les musiques qui n’ont pas été tube de l’été, alors qu’ils ont tout fait pour

On va enfin lister les musiques qui ont suivi les ingrédients pour être le tube de l’été, mais qui ont échoué… En France tout du moins.

Señorita de Shawn Mendes et Camilia Cabello

La première musique qui me vient en tête quand je pense aux tubes de l’été qui n’ont pas eu ce titre, c’est celle-ci. « Senorita » en duo avec Shawn Mendes et Camilia Cabello a fait un four en France, à part dans le classement normal. Mais ça n’a pas fait plus de vagues que ça. En même temps, on peut citer plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la musique est dans le même genre que « Havana »… Sauf que Camilia Cabello n’a pas su pérenniser son succès en France.

La musique a quand même marché parce qu’il y a Shawm Mendes. Mais à part ses fans françaises, NRJ Hits, qui écoute vraiment ses productions ? J’ai vraiment l’impression que si tu ne suis pas ce mec de près, tu ne l’entendras jamais nul part. La musique à marché parce que Shawn Mendes a du succès, mais je trouve qu’il est discret. Quand on avait One Direction, c’était impossible de les éviter.

Lui par contre, pour peu que tu n’écoutes pas les playlists des médias musicaux traditionnels (NRJ et M6Music, en somme), tu ne connaîtras jamais cette musique. Et tant mieux, parce que rien que le clip, on dirait deux lycéens qui découvrent la sexualité. Oui, c’est l’impression que ça me donne, j’en suis navré mais on dirait vraiment une romance entre deux élèves de seconde générale.

I don’t care – Ed Sheeran, Justin Bieber

La musique aussi insipide que le clip n’a pas marché en tant que tube de l’été, on dirait bien. Pourtant, tous les ingrédients ont été mises en place pour y parvenir. Un featuring avec Justin Bieber, un chanteur désormais très connu, une musique légère. Mais ça n’a pas suffit. C’est pareil après, la musique a marché mais ça ne passait pas en soirée, pas trop dans les bars ou les boîtes de nuit. Cette musique ne marquera probablement les esprits que par son clip, inutilement décalé au point que ça en devient trop cliché. Et par conséquent, pas drôle.

Señorita – Maître Gims, Maluma

A croire que le titre « Señorita » porte malheur et ne permet pas un tube de l’été en 2019. Mais cette fois, ce sont les lieux nocturnes qui n’ont pas joué le jeu. La musique a beaucoup marché, mais était peu joué dans les soirées. Pourtant, si elle était diffusé, elle aurait marché sans problème. La musique était clairement faite pour l’été, elle a marché tout de même, mais le reste n’a pas suivi. Pourquoi ? On ne le saura jamais. En tout cas, dans les lieux où je me rendais et propice à la diffusion de la musique, je ne l’ai jamais entendu.

Don’t Stay – David Guetta, Raye

Là, c’est encore pire ! Parce que la musique est un copier coller de « One Kiss » de Calvin Harris. Mais la musique n’a pas su copier son succès, mais alors pas du tout, en tant que tube de l’été. Le problème, c’est qu’elle se voit comparé automatiquement au succès de « One Kiss », et à ce niveau-là, ça ne suit pas du tout. Parce que la musique a marché, mais comparé à « One Kiss », c’est un bide, clairement. Même dans les classements globaux, elle a moyennement marché. les radios ont matraqué parce que c’est David Guetta, mais sinon le succès était relatif. On aura toujours en tête « One Kiss » à côté, qui fut un succès international. En passant, le duo entre David Guetta et Martin Solveig a également bidé. Comme quoi, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas !

Turn It Up – Armin Van Buuren

L’été dernier, « Blah Blah Blah » avait beaucoup cartonné et était clairement un tube de l’été. Pour cette année, Armin Van Buuren a sorti « Turn It Up », mais la musique est un copier coller de « Blah Blah Blah », de A à Z. Et visiblement, ça n’a pas plu puisque même en 2019, c’était principalement « Blah Blah Blah » qui passait. Ici, c’est le seul bide en tant que tube de l’été, mais aussi en tant que bide tout court. Cette musique tombera dans l’oubli, et celui qui osera passer « Turn It Up » en 2020 va vite le regretter.

En conclusion

Les musiques qui se voulaient être tube de l’été en 2019 ont tous copié la même recette de 2018, à ce niveau. Même si la G-House, au niveau EDM, commence à faire sa petite place dans les playlists des DJs. Mais les chanteurs ou producteurs qui ont voulu copier un style au point où ça se cramait n’ont pas eu accès au titre de tube de l’été. Après, en France, on constate que les diffusions de musiques estivales sont gangrenés par des chanteurs qui, à l’origine, se situe dans le rap.

Quant aux « rappeuses », elles sont souvent claquées mais pour certaines, ça marche, pas pour d’autres. On arrive à deviner rapidement qui ne tiendra pas long feu. Surtout quand on est aidé par des stars de la télé-réalité dont même les protagonistes ne tiennent pas dans la durée. Ou alors, ils peuvent remercier Instagram pour continuer à se faire des sous. Parce que quand tu finis ta carrière pour faire des publicités chez Anaca 3, tu as compris à qui tu avais affaire.

Ainsi, cette année, la véritable surprise est « Calma » de Pedro Capo qui change un peu. Le véritable tube de l’été sinon reste « Con Calma » de Daddy Yankee. Pour le reste, on a déjà connu et on risque encore de connaître tout ça en 2020. Pour info, Luis Fonsi a disparu des radars en France. Il a vite fait du succès mais à part « Despacito », rien n’a fonctionné en France. L’article fut long en effet, il faut dire qu’il y avait de quoi dire.

Ça peut également t'intéresser

Close